La bataille d'Alésia à Chaux-des-Croteny (39)

La bataille d'Alésia à Chaux-des-Croteny (39) (!)

32 photos

La bataille d’Alésia où se sont affrontés 400 000 hommes est l’une des plus importantes de l’histoire ancienne. Napoléon III en a fixé le site à Alise-Sainte-Reine en Côte d’Or. Cet emplacement a toujours été contesté car il présente de nombreuses contradictions avec la description que fait Jules César du site d’Alésia. En 1962, Abdré Berthier, historien et archéologue, établit un portrait robot du site à partir du texte de César et localise Alésia à Chaux-des-Crotenay et Syam dans le Jura. .............................................................................................................. Pour en savoir plus : http://www.racinescomtoises.net/index?/category/8518-alesia_a_chaux_des_crotenay_39 ............................................ Rappel historique : Devant le soulèvement de toute la Gaule, César décide de la quitter avec toute son armée. En coupant la route de la vallée de la Saône, Vercingétorix force César à traverser la Séquanie (Franche-Comté), il attaque la colonne romaine en marche (à environ 15km de l’Oppidum). Il est repoussé par les cavaliers et se réfugie sur la place forte l’Oppidum d’Alésia. Le lendemain César campe devant Alésia. La plaine de Crotenay correspond parfaitement à la description de César et se trouve sur le tajet reliant le plateau de Langres à Genève. L’Oppidum, hauteur imprenable, bordée de deux côtés par les gorges de la Lemme et de la Saine, protégée au sud par les falaises du Rachet, présente une dénivellation de 290m par rapport à la plaine, sa superficie est de 1 000ha, il comporte des sources et permet l’accès aux deux rivières. La plaine, serrée entre les collines aux versant abrupts se développe sur 4km. Le camp nord de César commande le passage entre la combe de Crans et la plaine de Syam où se déroulera la bataille finale entre les Romains et l’armée de secours gauloise d’un côté et les assiégés de l’autre.

Alésia à Chaux-des Crotenay ??? (39)

Alésia à Chaux-des Crotenay ??? (39) (!)

2 photos

Voici quelques extraits de l'étude publiée dans le journal Voix du Jura : Où s'est donc déroulée la bataille d'Alésia en 52 avant notre ère ? Si, d'un point de vue officiel, cette question ne fait plus débat depuis belle lurette, des passionnés d'histoire ne l'entendent pas de cette oreille. Fidèles à la thèse d'André Berthier qui situe à Chaux-des-Crotenay l'affrontement entre César et le chef gaulois Vercingétorix ayant conduit à la rédition de ce dernier, de nombreux Jurassiens aidés par des historiens de toute la France contestent en bloc le dossier Mont Auxois-Alise-Sainte-Reine qu'ils estiment monté de toutes pièces par Napoléon III. Danielle Porte a dévoilé le 19 mars à Paris une série de photos aériennes prises par caméra laser sur le site jurassien. Cette prise de vues a été commandée par l'impossibilité de procéder à des fouilles réelles, d'où le recours à des méthodes d'archéologie non-intrusives. Le lidar permet de 'voir' le terrain débarrassé de toute couverture végétale. Le secteur exploré fut le camp Nord, lieu de l'ultime bataille, où les structures, éloignées de l'habitat, ont été préservées. Des clichés ont été aussi réalisés pour la plaine de Syam, en cours d'exploitation. Les premiers résultats complètent d'ores et déjà au mieux le dossier Alésia-Jura: La recherche effectuée dans ces trois domaines sera présentée lors de la conférence que donneront Franck Ferrand et l'AAB.cédaj à Lons-le-Saunier, le vendredi 13 juillet prochain. II s'en est dégagé un ensemble cohérent où l'on retrouve les structures militaires attendues: agger (talus de fortification), fossés, portes de camp et leurs tours, poternes, murs militaires, voies de communication, redoutes, avant-postes etc. Particulièrement probante est la distance entre les tours, 24 m, celle que donne constamment César, là où les tours d'Alise sont écartées indifféremment de 15 à 60 m. Des vestiges concrets existent sur le terrain, répertoriés isolément par André Berthier, mais le Lidar a permis d'en prendre une vue d'ensemble des plus révélatrices. Ce que les défenseurs d'Alise avouent eux-mêmes, sans être ébranlés pour autant dans leur foi : que le camp Nord au pied du mont Réa ne saurait être le camp Nord de César, en hauteur selon lui, et que les Gaulois atteignent en escaladant les pentes; que des camps occupant 36 ares (le plus petit) ou 7,9 hectares (le plus grand) ne sont pas aptes à accueillir les légions, pour lesquelles il fallait 22,5 ha chacune; d'ailleurs, tous les camps de plaine sont aujourd'hui abandonnés par les chercheurs alisiens, y compris celui du Réa. Tous les camps sont, au surplus en dehors des fortifications alors qu'ils devraient être en dedans, sinon à quoi sert-il de les protéger ? Et aussi, que les 97 ha du plateau du Mont Auxois ne sauraient contenir les effectifs de Vercingétorix, augmentés de la ville et de ses habitants, de leurs troupeaux et des nombreuses têtes de bétail parquées en prévision du siège, des pâturages, des chevaux etc. La Nouvelle bataille d'Alésia par André Besson dans Voix du Jura ' ....avant de voir mes convictions ébranlées par les révélations d'André Berthier situant la fameuse bataille à Chaux-des-Crotenay à partir d'un portrait-robot. Bref, c'est dire si mes fluctuantes convictions ne reflétaient finalement que mon incompétence. C'est la raison pour laquelle je n'ai jamais signé de manifestes ni de pétitions pour venir conforter les arguments des uns ou des autres. Avant de prendre sa décision, celui-ci s'entoura des avis d'un certain nombre d'historiographes laudateurs. n'en demeure pas moins que je suis, depuis longtemps opposé à la thèse d'Alise-Sainte-Reine. Sans être un spécialiste de l'époque du Second Empire, je connais les méthodes qui furent employées pour accréditer cette version au XIXème siècle. Le site fut tout simplement 'inventé'pour des raisons politiques, comme cela se pratiqua en d'autres circonstances afin de servir 1a gloire de Napoléon III. Stoffel, qui se révéla, en Bourgogne, durant les premières recherches, de 1861-1865 meilleur mystificateur qu'il ne fût stratège lors de la guerre de 1870. Il appliqua le précepte qu'Anatole France définit quelques décennies plus tard : ' l'histoired'est pas une science. C'est un art. On n y réussit que par l'imagination. ' C'est sur ce postulât que les partisans d'Alésia-Alise-Sainte-Reine ont fait prospérer ce site dans le domaine touristique. Et ce n'est pas fini puisqu'on vient d'inaugurer en ces lieux (après un investissement de 52 millions d'euros) un gigantesque Musée-Parc. l'histoire, quid'est pas une science exacte, est parfois l'objet d'étranges coïncidences. Alors que les Bourguignons s'apprêtent, à profiter sans vergogne d'un site dont l'authenticité est loin d'être prouvée, on vient, en ce début 2012, de faire dans le Jura, une découverte qui apporte une singulière confirmation à !a thèse du regretté André Berthier. Celui-ci avait déterminé, à l'aide de photographies aériennes et de cartes d'état-major que la région de Chaux-des-Crotenay était identique à celle citée par César dans ses 'Commentaires'. Or, à la suite d'autres reconnaissances en avion et de photos prises à l'aide de caméras laser, on vient de trouver les traces de six énormes tours espacées de 24 mètres qui correspondent parfaitement aux textes de l'empereur romain. Remettre en question les idées reçuesd'est pas aussi simple que ça, car depuis 150 ans, les autorités chargées de cette question s'opposent à ce que des fouilles soient entreprises ailleurs qu'à Alise-Sainte-Reine. II est évident que la crise sera invoquée pour retarder ces recherches. Je me permets de faire cette proposition : pourquoi ne pas associer quelques dizaines de jeunes Jurassiens bénévoles, pour entreprendre, sous la direction de professionnels, des travaux qui confirmeraient ou infirmeraient cette nouvelle thèse ? Ce serait pour eux et pour nous une formidable aventure ! ' l'association ArchéoJuraSites (créée en 1981 par André Berthier sous le nom A.L.E.S.I.A.) s'apprête à célébrer la découverte de l'archéologue à Chaux-des-Crotenay le 11 juillet prochain. Une exposition sur André Berthier et sa thèse Alésia = Chaux-des-Crotenay y sera présentée tout l'été. Un ouvrage sur André Berthier sera également publié et disponible à cette date. Des visites et conférences sont prévues le 11 juillet. Enfin, last but not least, le portail des archives de la découverte Berthier sera officiellement rendu public (plus de 1000 documents d'ores et déjà numérisés et enregistrés). Vous trouverez plus de détails sur le site Facebook (La découverte d'André Berthier) et sur le site d'ArchéoJuraSites (http://archeojurasites.org/).