Claude Joseph Rouget de Lisle (1760 - 1836) Il est né le 10 mai 1760 à Lons-le-Saunier où son père est avocat au parlement de Lons. Passionné de musique et de poésie, il fait ses études à Lons le Saunier, puis il entre à l'école militaire. Il en sort sous-lieutenant en 1782 et il entre à l'école de Mézières, à sa sortie il est nommé à la direction du génie à Grenoble, il ira ensuite au fort de Joux dans le Doubs, puis à La Rochelle avant de regagner Lons où il s'engage dans la garde nationale et regagne Paris. Il est alors nommé à Strasbourg. dont le maire est Philippe-Frédéric de Dietrich. Ce dernier lui demande d'écrire un chant de guerre pour l'armée du Rhin. Le Capitaine Rouget de Lisle le compose en une nuit dans sa chambre et c'est dans le salon du maire qu'il est chanté pour la première fois. Il est repris par le bataillon des Marseillais dans leur marche vers Paris en juillet 1782, il est alors appelé La Marseillaise et le 14 mars 1879, elle deviendra l'hymne national de la France par décision du président de la République Jules Grévy, lui aussi Jurassien. A la chute du roi, Rouget de Lisle quitte pour quelque temps l'armée, mais très vite il s'engage dans l'armée du nord et participe à la prise de Namur en Belgique.Sous la terreur, suspecté, il est arrêté en septembre 1793 et incarcéré à la prison de Saint-Germain-en-Laye En août 1793, il est libéré et réintégré. La Convention le nomme commissaire de l'ouest de la France. Il quitte définitivement l'armée en avril 1796 Il vit alors à Paris et fréquente les salons littéraires. De 1812 à 1817 il revient dans le Jura à Montaigu dans la propriété familiale. Puis c'est le retour à Paris où il vit misérablement, sans ressources, il fait même de la prison pour dettes. Il est alors recueilli par le général Blein et vit à Choisy-le-Roi. Sa situation s'améliore sous la monarchie de Juillet, Louis Philippe lui accorde une pension et le nomme Chevalier de la Légion d'Honneur. Rouget de Lisle meurt à Choisy-le-Roi le 27 juin 1836. Ses partitions musicales sont au musée de Lons le Saunier. Nombre de villes ont une rue à son nom, des établissements scolaires le portent, deux timbres lui ont été consacrés.Ses cendres furent portées aux Invalides en 1915.

jpg/Lons340-2

jpg/Lons340-2

0 commentaire

643 views

jpg/la Marseillaise

jpg/la Marseillaise

0 commentaire

702 views

jpg/rouget de lisle

jpg/rouget de lisle

0 commentaire

847 views

1 commentaire

- 1
JE POSSEDE UN BLASON DE 70 CM DE HAUT AVEC DES ARMOIRIES DAGUE EPEE GANT ETC SUR LEQUEL IL EST GRAVE A 2 ENDROITS ROUGET ET EN DESSOUS LE CHIFFRE 100 CELA FAIT IL PARTIE DES ARMOIRIES DE ROUGET DE L ISLE?