Besançon : Le Rectorat (25)

Besançon : Le Rectorat (25)

6 photos

Le Rectorat se situe dans l'ancien Palais archiépiscopal, dit aussi Hôtel de Grammont. Le palais des archevêques bisontins, au Moyen-Âge, était situé à proximité de l'abside occidentale de la cathédrale Saint-Jean. Au début du XVIIèmIe siècle, il fut augmenté d'un corps de logis construit sur la rue à la demande de l'archevêque François-Joseph de Grammont et prolongé sur l'arrière de deux ailes qui le relient à l'ancien palais.

Besançon : Place Victor Hugo (25)

Besançon : Place Victor Hugo (25)

9 photos

L'ancien nom de la place était place Rondot Saint-Quentin, car au pied de la chapelle Saint-Quentin on dansait en rond. Sur cette place sont nés Charles Nodier en 1780, Victor Hugo en 1802 et les frères Lumière en 1862 et 1864. Charles Fourier est né à 300 mètres de cette place en 1772, Pierre-Joseph Proudhon est né pas très loin également en 1809. Gustave Courbet y a vécu une partie de sa vie, c'était involontairement dans la maison natale de Victor Hugo durant ses études jusqu'en 1839. Gustave Flaubert était en pèlerinage sur cette place en 1851, s'informant sur son ami Victor Hugo qui venait de s'exiler. À la mort de Victor Hugo en 1885, l'endroit est rebaptisé « place Victor Hugo ».

Besançpn : Hôtel Fleury de Villayer (25)

Besançpn : Hôtel Fleury de Villayer (25)

2 photos

L'hôtel Fleury de Villayer (ou hôtel Droz des Villars) est un hôtel particulier situé à Besançon . Les façades sur cour et sur rue font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 21 octobre 1937. Les toitures font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 18 février 1942. L'édifice est situé au 26 rue Chifflet dans le quartier de la Boucle de Besançon. En 1759, l'hôtel est achevé. Les plans ont été dessinés par l'architecte bisontin Jean-Charles Colombot pour Claude-François Renouard de Fleury-Villayer, un notable local. Lors de la révolution française, l'hôtel est utilisé comme prison et au XIXème siècle, l'hôtel passe aux mains de la famille Droz des Villars.

Besançon : Place de la Révolution ou Place du marché (25)

Besançon : Place de la Révolution ou Place du marché (25)

24 photos

Son nom officiel de place de la Révolution, lui a été donné en référence à la Révolution française de 1830. Cette place s'appelait place du Puits du Marché au Moyen Âge puis place Neuve au XVIIème  siècle, place de l'Abondance à la Révolution de 1789, place de la Révolution depuis 1904. Elle est restée longtemps la place Labourey, en souvenir du supplice qu'un certain Barthélémy Labourey y subit un jour de 1618. La destruction de sa maison par décision judiciaire eu pour effet d'agrandir d'autant la place. Continuant à mépriser les noms officiels, les Bisontins l'appellent aujourd'hui place du Marché. En effet, le marché de Besançon y est implanté depuis toujours. Il se trouve désormais dans le bâtiment couvert marché Beaux-Arts situé derrière le musée. La place de la Révolution comprend un grand nombre de bâtiments administratifs et culturels importants dont le musée des beaux-arts et d'archéologie au Nord-Est, le complexe des Beaux-Arts comprenant le cinéma et le marché couvert, l'ancien conservatoire de Besançon ou encore le temple du Saint-Esprit. Les autres bâtiments sont des bâtiments bisontins typiques du XVIIIème siècle de trois ou quatre étages, en général des anciennes fermes et/ou des anciens commerces. La Place de la Révolution a été réaménagée de nombreuses fois. Elle se présente actuellement comme une place minérale partiellement végétalisée au Sud-Ouest depuis sa réfection en 2005. La fontaine de la place est l'une des plus belles fontaines de la ville. Elle date de 1854, elle fut réalisée par Alphonse Delacroix, également sculpteur de la fontaine Bacchus dans le quartier Battant. Elle comportait alors une vasque de 4 mètres de diamètre, brisée en 1860 et jamais remplacée. Lors des derniers travaux de réaménagement de la place en 2005, elle fut réimplantée à quelques mètres de son ancien emplacement, réhabilitée et modernisée, elle égaye désormais la place par ses jeux d'eau et de lumière. Source : Wikipédia

Besançon : La Mesure Aune (25)

Besançon : La Mesure Aune (25)

3 photos

L'aune est une unité de mesure de longueur ancienne. Elle mesure toujours quatre pieds, soit deux tiers d'une toise, soit très exactement 1,188 m . Trois aunes égalent aussi quatre verges, soit douze pieds. La moitié de l'aune est la coudée nubienne, en grec : nibou. l'aune pouvait mesurer de 0,513 m à 2,322 m, selon le métier, la région ou le pays (en France, François Ier a tenté de généraliser une aune commune au pays en 1540). Elle a été abolie en 1834.

Besançon : Place Pasteur (25)

Besançon : Place Pasteur (25)

13 photos

La place Pasteur, de forme triangulaire et de 1 800 m2, est située dans le quartier de La Boucle, au cœur du centre historique de Besançon. Elle fait le lien avec la Grande Rue, la rue Pasteur et, à proximité, les passages Pasteur, et le centre commercial associé. Autrefois elle était entourée de maisonnettes appartenant au domaine de l’archevêque. Puis des immeubles en pierre de Chailluz ont été construits, pérennisant la configuration de ce lieu de passage urbain. En 1974, la place est réagencée avec la destruction d'un immeuble, ce qui l'agrandit, et avec l'installation de la fontaine Pasteur : une sculpture-fontaine de Jacques Voitot, évoquant un mécanisme d'horlogerie. 1974 est l'année où cette ville se dote d'un secteur piétonnier, innovant pour l'époque. La place appartient à ce secteur piétonnier. En avril 1976, les ouvriers de Lip, entreprise horlogère menacée d'être liquidée, appliquent l'opération «l'usine dans la rue», et manifestent en ce lieu, en y installant certaines de leurs machines, et en dialoguant avec les habitants. La place est réaménagée à nouveau en 2007, mettant davantage en avant les façades des immeubles qui la bordent, avec un jeu de couleurs entre les pierres choisies pour les dalles au sol et cette pierre de Chailluz. La fontaine Pasteur a été démontée dans ce réaménagement. Source : Wikipédia

Besançon : Place du 8 septembre (25)

Besançon : Place du 8 septembre (25)

10 photos

La place du Huit-Septembre trouve ses origines lors de la construction de l'église Saint-Pierre, au IVème siècle, elle était alors le lieu privilégié avec le secteur de Saint-Jean pour les fêtes religieuses. À l'origine, elle portait le nom de Saint-Pierre, en hommage au premier pape. Pour marquer l'avènement de la III ème République après la destitution de Napoléon III, elle sera baptisée place du 4 septembre (1870). Après la guerre, elle devient la place du 8 septembre (1944), correspondant au jour de la libération de Besançon, pendant la Seconde Guerre mondiale. Depuis la fin des années 1990, le secteur est restreint à l'accès des véhicules non-riverains. Dans les années 2000 cette place était privilégiée pour accueillir le marché de Noël de la ville, avant d'être remplacée en 2009 par la Place de la Révolution. Source : wikipédia

Besançon : Eglise Notre-Dame (ancienne abbaye bénédictine Saint-Vincent)

Besançon : Eglise Notre-Dame (ancienne abbaye bénédictine Saint-Vincent)

33 photos

L'église Notre-Dame de Besançon faisait à l'origine partie de l'abbaye bénédictine Saint-Vincent ;ondée par l'archevêque de Besançon Hugues II de Montfaucon. Les premières constructions, à savoir une chapelle, un cloître ainsi que les dortoirs où logeaient les religieux de l'ordre de Saint-Benoît sont attestés entre 1080 et 1085. Hugues III de Bourgogne, successeur d'Hugues II, nommera le premier abbé du nouveau lieu de culte. Au XVIIème siècle, l'édifice devient une véritable institution d'école d'érudition contribuant à l'étude historique de la ville et de la région. Elle conservera cette réputation avant que la communauté ne soit dissoute durant la Révolution française de 1789. C'est sous l'Empire français que l'église prend le nom d'église paroissiale Notre-Dame de Besançon, et que les bâtiments adjacents sont affectés à l'Université. Le bâtiment sera remanié plusieurs fois depuis sa construction, notamment lors de la conception de sa façade actuelle, qui fut imaginée et édifiée en 1720 par l'architecte Jean-Pierre Galezot. À la droite de la façade, un portail de style gothique flamboyant fut construit en 1525 sur demande de l'abbé Antoine de Montécut, premier abbé commendataire de Saint-Vincent. L'édifice comporte une tour : la tour des cloches, conçue au XVIème siècle qui fut pendant un certain temps la plus haute de la ville. À proximité du clocher Antoine de Montécut fit également construire une chapelle dédiée à Notre-Dame des Douleurs. A gauche de la façade se situe la porte d'accès du cloître et des bâtiments conventuels, reconstruits au XVIIème siècle et actuellement occupés par des bureaux, par des salles de cours ainsi que par la salle de bibliothèque de l'Université de Besançon. La grande nef de l'église est voûtée en 1720 et une abside créée au fond du chœur la même année. La tour et le portail font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 8 juin 1926.

Besançon : Ancien Palais de Justice (25)

Besançon : Ancien Palais de Justice (25)

21 photos

Le palais de justice de Besançon (ancien Parlement de Besançon) regroupe sur un seul site la cour d'appel, le tribunal de grande instance, le Tribunal d'Instance et le Tribunal de Commerce de Besançon. Construit par Hugues Sambin en 1585, le Palais de Justice se trouve non loin de l'Hôtel de ville de Besançon. Auparavant, ces deux édifices étaient reliés. Au milieu du XVIIIème, des travaux d'agrandissement furent entrepris afin d'accueillir le Parlement de Dôle, alors transféré dans la ville. Au cours des deux siècles derniers, des travaux de restaurations furent entrepris afin que la bâtiment puisse répondre aux prérogatives de l'exercice de la Justice. La partie de la façade principale comprise entre les deux pavillons d'angle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 14 octobre 1911. Le vestibule avec sa grille et son décor et le grand escalier ; les pièces suivantes avec leur décor : la salle des audiences solennelles, la salle des pas perdus, la première et la deuxième chambres et la cheminée de la chambre de mise en accusation fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 27 décembre 1979.

Besançon : Hôtel de Camus (25)

Besançon : Hôtel de Camus (25)

2 photos

L'hôtel de Camus est un hôtel particulier situé au 2 rue des Martelots dans le secteur de La Boucle . La façade sur rue et sa toiture correspondante, l'escalier intérieur avec sa cage et sa rampe en fer forgé, l'antichambre, la chambre blanche, le salon et la chambre rouge font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 2 janvier 1986.

Besançon : Statue de Jouffroy d'Abbans (25)

Besançon : Statue de Jouffroy d'Abbans (25)

16 photos

La statue de Jouffroy d'Abbans a été installée initialement au bord du Doubs, entre le pont Battant et l'église de la Madeleine. Cette sculpture taille réelle est fixée à même le sol, elle rend hommage à un ingénieur du début du XIXème siècle, né près de Besançon à Abbans-Dessus, qui a expérimenté sur le Doubs le premier bateau à vapeur. Elle a été réalisée par le sculpteur Pascal Coupot en 1996. Avec les travaux du tram elle a été déplacée sur le pont Battant reconstruit.  

Besançon : Hôtel Terrier de Santans (25)

Besançon : Hôtel Terrier de Santans (25)

4 photos

En 1768, François-Félix Bernard Terrier de Santans, président au parlement, envisage la reconstruction de son hôtel. En 1770, l'architecte Claude-Joseph-Alexandre Bertrand élabore le projet. Les travaux sont achevés en 1772. Cet hôtel à cour centrale développe un plan en grille avec communs et jardin à l'arrière. La façade présente un avant-corps avec balcon en fer forgé et pilastres ioniques, amorti par un fronton armorié. L'aile droite de la cour d'honneur comprend le grand escalier en pierre avec rampe en fer forgé et décors en stucs au-dessus des portes et niches. Un passage cocher sous l'aile gauche de la cour d'honneur conduit à la cour des communs. Les caves forment soubassement du côté du passage vers les communs. Pendant la Seconde guerre mondiale, la fabrique de jardin et les deux lions du perron furent transférés par le propriétaire dans son château de Cléron. En 1954, le corps de bâtiment entre cour et jardin a été transformé en école et le jardin en cours de récréation. Une partie des communs a été détruite par un incendie.

Besançon : L'Hôtel de Ville (25)

Besançon : L'Hôtel de Ville (25)

16 photos

Un premier hôtel de ville est construit place du Huit-Septembre en 1393, à l'emplacement même de l'actuel bâtiment, entre les actuelles église Saint-Pierre de Besançon et palais de justice de Besançon. L'architecte Richard Maire modifie et agrandit l'édifice en 1573. Il présente une façade à bossages dans l'esprit des palais de la Renaissance italienne. Une grande niche dans la façade abritait jusqu’à la Révolution française une statue en bronze de l'empereur Charles Quint chevauchant un aigle à deux têtes (armoiries de Besançon). En 2015 l'intérieur est détruit par un attentat du terroriste Bertrand Teyou.

Besançon : Hôtel Petit de Marivat (25)

Besançon : Hôtel Petit de Marivat (25)

3 photos

En 1732 cet hôtel « à la parisienne » est construit place Jean Cornet dans le centre historique de Besançon par l'architecte parisien Jean-François Blondel pour le commissaire ordonnateur des guerres François-Michel Petit de Marivat. Le 1er mai 1839 le comte Hilaire de Chardonnet naît dans cet hôtel. Inventeur de la soie artificielle, il fonde une importante industrie textile au XIXème siècle et au XXème siècle à Besançon. Une plaque commémorative célébrant la naissance du Comte de Chardonnet est apposée sur le mur donnant sur la place Jean Cornet. Ce mur, en pierre de taille, est surmonté d'une balustrade à balustres et possède au-dessus du portail d'une sculpture d'une tête barbue à mufle de lion. Le corps de bâtiment principal possède un fronton triangulaire et des garde-corps de balcon en ferronnerie. Les corps de bâtiment de l'hôtel suivent un plan en U encadrant une cour dans laquelle se trouve un puits. À l'arrière, l'hôtel possède un jardin. Au XXème siècle, l'édifice appartenait aux Sœurs de la Charité.

Besançon : Hôtel de Courbouzon (25)

Besançon : Hôtel de Courbouzon (25)

6 photos

En 1744 l'hôtel est construit par l'architecte bisontin Jean-Charles Colombot pour Claude-François Boquet de Courbouzon. Il a été construit sur une partie de terrain acheté par le père du destinataire, Claude-Antoine de Courbouzon; L'autre partie du terrain ayant servi à la construction de son propre hôtel, l'hôtel de Courbouzon-Villefrançon. En 1958, le bâtiment, ainsi que l'hôtel de Courbouzon-Villefrançon attenant ont été achetés par l'État pour étendre la faculté de lettres et de sciences humaines. L'escalier intérieur avec sa rampe en fer forgé et sa cage, l'antichambre au premier étage, le grand salon et le bureau avec leur décor au premier étage font l’objet d’un classement au titre des monuments historiquesdepuis le 11 juillet 1984. Les façades et toitures sur rue et sur cour font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 11 juillet 1984.