Besançon : La Gare Viotte (25)

Besançon : La Gare Viotte (25)

10 photos

La Gare Viotte et ses abords ont été modifiés avec les travaux du tram.

Besançon : L'UFR des Sciences médicales et pharmaceutiques (25)

Besançon : L'UFR des Sciences médicales et pharmaceutiques (25)

9 photos

Au "Hauts du Chazal", proche de l'hôpital Jean Minjoz, l'UFR des Sciences médicales et pharmaceutiques  est prévu pour accueiller d'ici 2020 plus de 4 000 étudiants, chercheurs et personnels administratifs. Une bibliothèque, un laboratoire d'anatomie et de recherche, un CROUS ainsi qu'un amphithéâtre de 800 places ont été construits.

 

Besançon : Les Hauts du Chazal (25)

Besançon : Les Hauts du Chazal (25)

14 photos

« Les Hauts du Chazal » est situé dans l'ouest de Besançon, et fait partie du canton de Besançon-Planoise et du Grand Planoise. Le secteur est bordé au nord par la voie ferrée de la Gare de Besançon-Viotte, au sud par la rue de Dole, à l'ouest par le Boulevard Alexandre Flemming et à l'est par la route de Franois reliant les Hauts du Chazal directement à la commune de Franois. Le quartier est sur une colline, son climat est agréable, plus ensoleillé et moins de brouillard que dans la cuvette. En novembre 1998, le conseil municipal de Besançon vote la création d'une zone d'aménagement concerté, prévoyant que le secteur des Hauts du Chazal deviendrait le nouveau pôle hospitalier de la ville. Cette ZAC de 45 hectares accueille un pôle santé, un secteur d'affaires et une zone résidentielle. Aujourd'hui, de nombreuses sociétés, groupes et cabinets de médecine sont installés dans ce secteur. On prévoit qu'à terme, environ 1 200 logements seront construits en 2020, dont 20 % de logements sociaux. Le secteur est relié par le tramway aux principaux quartiers de Besançon et au centre-ville. La future gare de Planoise, prévue hypothétiquement pour 2020 pourrait également se trouver sur le site des Hauts du Chazal. L'UFR des Sciences médicales pharmaceutique accueillera d'ici 2020 plus de 4 000 étudiants, chercheurs et personnels administratifs. Une bibliothèque, un laboratoire d'anatomie et de recherche, un CROUS ainsi qu'un amphithéâtre de 800 places ont été construits.

Besançon : le Centre technopole et microtechnique Temis (25)

Besançon : le Centre technopole et microtechnique Temis (25)

16 photos

Temis est une technopole de 130 hectares située à Besançon, créé en 2000, associée avec l'université de Franche-Comté. Dans la 1ère région industrielle française, entreprises, centres de recherche et laboratoires développent ici leur savoir-faire et leurs applications dans les secteurs à forte valeur technologique : billettique, horlogerie, luxe, optique, connectique, robotique, biomédical, instrumentation, imagerie, e-santé….

Besançon : Eglise Saint-Louis (25)

Besançon : Eglise Saint-Louis (25)

13 photos

L'église a été édifiée dans les années 1960 par Rémy Le Caisne.

L'orgue François Callinet de 1807 a été transféré de l'église Saint-François-Xavier de Besançon en 1991.

Besançon : Hôtel de Lavernette (25)

Besançon : Hôtel de Lavernette (25)

11 photos

Cet hôtel particulier a été construit de 1789 à 1792 par l'architecte Colombot pour le comte de Lavernette. Depuis 1979, il est classé aux monuments histopriques.

Besançon : Hôtel de Magnoncourt (25)

Besançon : Hôtel de Magnoncourt (25)

9 photos

Cet hôtel particulier a été construit en 1776 par l'architecte bisontin Bertrand pour le compte de C.F.Henrion seigneur de Magnoncourt. Il abrite aujoutd'hui la direction régionale des affaires culturelles.

Besançon : Les Bains-Douches (25)

Besançon : Les Bains-Douches (25)

5 photos

Dans un souci d'hygiène, la Caisse d'Epargne a fait construire les Bains-Douches de la Madeleine en 1911. Le bâtiment est adossé à l'église de la Madeleine.

Eglise de l'Assomption à Noidans-lès-Vesoul (70)

Eglise de l'Assomption à Noidans-lès-Vesoul (70)

12 photos

L'église a été reconstruite entre 1767 et 1770 à la place d'une ancienne chapelle.

Émile Keller (1828-1909)

Émile Keller (1828-1909)

1 photo

Émile Keller (1828-1909)

Il estné le 8octobre1828à Belfortdans une famille influente d'Alsace. Il fait ses études au lycée Louis-le-Grand, en 1846 il est reçu à l'École polytechniqueoù il refuse d'entrer, préférant s'occuper d'études historiques et de philosophie religieuse. En 1859, il est élu député du Haut-Rhin. Il siège dans la majorité impérialiste, mais il est opposé à la politique de Napoléon III  au sujet de son intervention en Italie, Keller défendant le pouvoir temporel du pape, il est alors l’un des chefs et des orateurs du parti clérical. Il est alors battu aux élections de juin 1863, au premier tour de scrutin. En 1869, il est élu en Vendée et à Guebwiller, défendant  les intérêts de l'Église à l’Assemblée.

Pendant la guerre il commande un corps de francs-tireurs et combat dans les Vosges puis avec l’armée de Bourbaki. En février 1871, il est élu dans le département du Haut-Rhin, son attitude patriotique lui a apporté les suffrages de tous les partis. A l'Assemblée nationaleà Bordeaux, il proteste le 1ermars1871, dans un remarquable discours que la gauche applaudit, contre l'annexion de l'Alsace et de la Lorraine à l'Allemagne. Après avoir voté contre les préliminaires de paix, Keller se retire de l'Assemblée avec ses collègues alsaciens. Aux élections complémentaires de  juillet, il est élu dans le  Territoire de Belfortface à Denfert-Rochereau. Il siège à droite, parmi les conservateurs catholiques, et vote constamment avec la minorité monarchiste Lors de la présentation de la loi sur la réorganisation de l'armée, il soutient le principe du service obligatoire pour trois ans.

En 1876, il est réélu à la Chambre des députés dans l'arrondissement de Belfort. Il vote contre l'article 7 de la loi sur l'enseignement supérieur, il est l’adversaire des propositions du gouvernement, surtout en matière, il s’oppose à la loi supprimant l'aumônerie militaire. Aux élections de 1881, il est battu dans sa circonscription, mais en octobre 1885, grâce au scrutin de liste, il est élu sur la liste monarchiste du territoire de Belfort..

Il vote contre le rétablissement du scrutin, contre le projet de loi restrictif de la liberté de la presse, contre les poursuites contre le général Boulanger. Adversaire du régime républicain, il fut un des chefs du parti catholique. Il fut fait comte romainet commandeur de l'ordre de Pie IXen remerciement du grand nombre d'œuvres et d'associations catholiques qu'il dirigeait.

Il est décédé  à Paris le 21 février 1909.

Il Laisse : une Histoire de France (1858) écrite au point de vue exclusivement catholique, divers ouvrages inspirés en général du même esprit: l'Encyclique et les libertés de l'Église gallicane (1860) ; Dix années de déficit (1869) ; le Général de Lamoricière, sa vie militaire, politique et religieuse (1873) ….

Eglise de l'Assomption à Vellefrie (70)

Eglise de l'Assomption à Vellefrie (70)

4 photos

La petite église de l'Assomption a été édifiée en 1735.