Place de Ivory (39)

Place de Ivory (39)

1 photo

La place est délimitée par la mairie, le monument aux morts et l'église.

Eglise Saint-Pierre à Pontarlier (25)

Eglise Saint-Pierre à Pontarlier (25)

7 photos

L'église Saint Pierre dessert une partie des nouveaux quartiers de Pontarlier. La première pierre de cet édifice a été posée le 4 Juin 1961 par Mgr Dubois, archevêque de Besançon qui a consacré cette église le 19 avril 1964. Elle a été construite en 1966 sur les plans d'un collectif d'architectes : Bouhéret, Poncin et Tauvel

Elle rappelle la forme d'une vieille ferme comtoise, mais d'une ferme d'une étonnante luminosité et conçue pour faciliter le rassemblement des fidèles.

L'édifice possède un carillon de 15 cloches. Il est fixé sur le toit grâce à une armature métallique. Les cloches ont été réalisées par la fonderie Paccard en 1963 et 1993.

Pierre Claude MAYET

Pierre Claude MAYET

1 photo

Pierre Claude Mayet 

Il est né le 28 février 1781 à Morbier, fils de Augustin Mayet et de Marie-Eugénie Jobez . Avec ses frères il est considéré comme l’inventeur de l’horloge comtoiseen créant une horloge simple, robuste et facilement reproductible. Cette horloge se répandra bientôt au-delà des limites régionales et nationales sous le nom de « Comtoise » ou même de « Morbier ». C'est dans ce sens que Morbier s'est vu qualifié du titre de « berceau de l'horlogerie ». C'est à cette famille Mayet que 1' on doit 1'introduction de l'horlogerie à Morbier et le développement d'un artisanat rustique puis d'une industrie connue et reconnue constructeur On leur doit les horloges de Orgelet, Arbois, Saint-Claude, Morbier, Saint-Nizier à Lyon ….

Il sera enterré avec son épouse à Morbier, leur pierre tombale a été transférée dans la nouvelle église où elle est soigneusement conservée.

Les Comtoises se caractérisent par la présence de deux mécanismes, le premier pour le mouvement et le second pour la sonnerie. Ces mécanismes sont situés côte à côte dans une cage en fer démontable. L'entraînement est effectué par deuxpoids en fonte, la régulation est assurée par un long balencier ou pendule. Le cadran des Comtoises comporte très souvent une signature avec, en dessous, le nom d'une ville ou d'une localité. Cette signature correspond rarement au fabricant, mais plus souvent au nom du revendeur, de même la localité indiquée ne correspond, le plus souvent, qu'à la ville du revendeur. Les mécanismes sont uniquement produits dans le Jura français. L’habillage dans une caisse en bois n’apparaît que plus tard en utilisant le bois du pays, le sapin, tous les boîtiers seront fabriqués et décorés dans le Jura, principalement à Bois-d'Amont. Après quelques évolutions techniques apportées au mécanisme de comtoise d'origine, la configuration de celui-ci reste inchangée depuis le XIXème siècle. A ce jour, les fabricants d'horloges comtoises sont toujours en grande majorité dans la région de Morbier. La raison du succès du mécanisme d'horloge comtoise provient de sa conception simple et robuste. Le généreux dimensionnement des rouages et des platines, le choix des matériaux sont les garants d'une extrême fiabilité. Aujourd'hui, les horloges comtoises sont devenues de véritables objets de collection, car elles représentent un savoir-faire de haute précision et une grande diversité. 

Fossiles à Bréry (39)

Fossiles à Bréry (39)

7 photos

Ces fossiles en forme d'étoile ont été trouvés dans le vignoble de Bréry. On les retrouve aux alentours de Lons-le-Saunier où ils ont donné le nom de L'Etoile à un village vigneron.

Belvédère du Cirque du Fer à Cheval (39)

Belvédère du Cirque du Fer à Cheval (39)

8 photos

La reculée d'Arbois est située sur le territoire d’Arbois, de Mesnay et des Planches-près-Arbois. Longue de 5 km et large de 1 km, elle se termine par le Cirque du Fer à Cheval, elle est traversée par la Cuisance qui prend sa source dans le Cirque du Fer à Cheval et dans la Grotte des Planches. Façonnée à l’échelle géologique par l’érosion du calcaire, la reculée présente un relief caractéristique du plateau karstique jurassien. Ses falaises, hautes de 245 mètres, en font la plus haute reculée du Jura; elle délimite une vallée aux parois escarpées. Les falaises de la reculée sont riches en faune ornithologique faucon pèlerin, choucas des tours… et constituent un endroit de nidification et de reproduction de rapaces.

La reculée est un site classé par décret du 20 décembre 2002 sur plus de 820 hectares pour son caractère pittoresque et scientifique.

Les lacs d'Etival (39)

Les lacs d'Etival (39)

19 photos

Les lacs d'Étival sont deux petits lacs glaciaires situés sur le deuxième plateau du massif du Jura à près de 800 mètres d'altitude sur la commune d’Etival-Les Ronchaux, en périphérie de la région des lacs, dans le canton de Moirans-en-Montagne.

Les lacs sont situés au pied d'une barre calcaire haute de plus de 100 m qui est le premier élément l’anticlinal de Prénovel. Les lacs sont au fond d'une gouttière synclinale tapissé de dépôts marno-calcaires. Le village d'Étival surplombe les deux lacs à l'ouest et le village des Ronchaux les surplombe au sud.

Les lacs sont allongés dans un sens Nord-Sud ; à l'origine ils formaient une seule étendue d'eau longue de 3 km sur plus de 100 m de large. Aujourd'hui, ils sont séparés par une moraine étroite d'une cinquantaine de mètres qui délimite les deux bassins.

Eglise de l'Assomption de la Vierge à Etival (39)

Eglise de l'Assomption de la Vierge à Etival (39)

14 photos

Etival et les Ronchaux se sont regroupés en une même commune et se partagent l'église de l'Assomption de la Vierge, construite en 1829.

Le Lac de la Fauge à Etival (39)

Le Lac de la Fauge à Etival (39)

10 photos

Le lac de la Fauge est situé à 900 m d’altitude dans un vallon d’altitude, il mesure 200m de long pour 50m de large avec une profondeur de 3 à 4 m. Ses eaux s’écoulent vers les lacs d’Etival.

Forêt d'Etival (39)

Forêt d'Etival (39)

10 photos

En montant au lac de La Fauge.

Paul Bouvot (1922-2000)

Paul Bouvot (1922-2000)

1 photo

Paul BOUVOT (1922-2000)

Il est né à Salins les Bains en1922. Son enfance se passe  auprès de son père garagiste. Très tôt, il développe des dons pour le dessin et une véritable passion pour l’automobile. Fasciné par l’univers mécanique, il part à Dijon et étudie au lycée Hyppolite Fontaine et préparer l’école des Arts et Métiers. Dans l’obligation de gagner sa vie à la mort de son père, il entre chez Terrot où il rencontre d’Edmond Padovanni, directeur technique et pilote officiel de la marque qui l’engage dans des courses.

La guerre  l'oblige à revenit dans le Jura, il travaille comme ouvrier agricole pour échapper au STO puis entre dans la résistance, il est fait prisonnier et déporté à Dachau. Libéré par les Américains, à son retour, il devient responsable des études du fabricant des tracteurs Labourier à Mouchard et, pendant ses loisirs, il construit deux automobiles, une berlinette et une barquette, celle-ci fût retrouvée en 2002 et restaurée. Il rencontre un ingénieur du Centre d'Etudes Peugeot venu en villégiature dans la région, qui a remarqué les qualités techniques et esthétiques de sa berlinette. Celui-ci l'incite à prendre contact avec Giorgio Boschetti, directeur technique chez Peugeot. En septembre, Paul Bouvot est recruté chez Peugeot. Sa collaboration avec Peugeot durera vingt ans. Paul Bouvot est chargé de rajeunir l'image de la marque et de diversifier la gamme du constructeur. En 1965, sort la 204dessinée par Pininfarina. Il commence à concevoir et réaliser des voitures sportives, il devient le patron du bureau de style de la firme Peugeot. Il dessine le coupé 204, les phares trapézoïdaux de la 504. Pininfarina dira que Paul Bouvot avait récréé les yeux de Sophia Loren sur les Peugeot. Jusqu'aux années 90, Peugeot va conserver ces optiques avant caractéristiques de la marque sochalienne.

Parallèlement à sa vie professionnelle, Paul Bouvot mène une carrière d'artiste, à travers une multitude de toiles. Il étudie l'histoire de l'art, et fréquente plusieurs académies de peinture.Il étudie l’histoire de l’art, se passionne pour la Renaissance et le Nombre d’Or, pour Géricault et Delacroix.

Statue l'Eternité à Pontarlier (25)

Statue l'Eternité à Pontarlier (25)

4 photos

A l'occasion du passage à l'an 2000, une sculpture monumentale nommée l'Eternité fut installée à Pontarlier. Elle mesure 5.10 mètres de haut. Elle mêle la pierre, le bronze et le verre. Elle est l’oeuvre du sculpteur Pierre Duc
Elle représente Adam et Eve portant le globe terrestre, lequel tourne sur lui-même chaque jour à midi. Le sablier qu'il contient est alors inversé, nous rappelant ainsi l'irrémédiable fuite du temps.