Racinescomtoises

Patrimoine et photographies de Franche-Comté

 

Citadelle

     
 
  • Temple de Brévillers (70) (!)

    2 photos

    Le temple fut reconstruit en 1788. En 1700, il est détruit par des catholiques de Châtenois qui se rendaient à Héricourt pour prêcher leur culte. Il sera recontruit en 1788.

  • Le temple de Luze (70) (!)

    2 photos

    Le temple fut construit dans un style alliant à la fois du roman et du gothique et sur les plans de l’architecte Colard en 1864-1865.

  • Histoire de Échenans-sous-Mont-Vaudois (70) (!)

    1 photo

    Le site d'Échenans-sous-Mont-Vaudois est déjà habité au néolithique, comme en témoignent les vestiges d'une enceinte préhistorique située au sommet du Mont-Vaudois détruite pendant la construction du fort en 1874.

    Cette enceinte faisait 400 m de long et formait un triangle. Sa hauteur allait de 2,50m à 3,30m et sa base variait de 22m à 32m d'épaisseur. En fait il s'agirait d'un « vallum funéraire », puisqu'on y a découvert des squelettes inhumés à l'extérieur, à l'intérieur et au sein même de l'enceinte. Durant l'époque celtique, Échenans appartient au territoire des Séquanes qui couvrait approximativement l'actuelle Franche-Comté, puis il tombe sous domination romaine après la conquête de la Gaule. A la chute de l'Empire Romain, Échenans fut peuplé par des Burgondes.

     La première mention d'Échenans-sous-Mont-Vaudois apparaîtrait vers 1165, lorsque Otton chevalier d'Achenans donna à l'abbaye de Belchamp tout ce qu'il possédait en ce village qui dépend alors de la Seigneurie d’Héricourt qui elle-même dépendait du Comté de Bourgogne.

    Ensuite Échenans est dirigé par deux seigneurs : le Seigneur d'Héricourt et le Comte de Montbéliard ; la moitié des foyers paie des impôts au seigneur, l'autre au comte. A partir de 1565, le protestantisme s’impose dans toute la principauté de Montbéliard, l'église du village devient alors temple.

    À la conquête de la Franche-Comté par Louis XIV, Échenans est occupé par les troupes françaises. L'occupation durera jusqu'en 1748, les seigneuries de Blamont, du Châtelot, de Clémont et d'Héricourt deviennent officiellement françaises. Échenans revient officiellement au roi de France. Mais cet accord ne sera jamais appliqué et sera annulé avec la Révolution.

    Source ; Wikipédia