Accueil > Comtois célèbres > Artistes et Architectes > Jean Messagier (1920-1999)

Jean Messagier (1920-1999)

dimanche 8 juin 2008, par Bernard Girard

Jean Messagier (1920-1999)

JPEG - 16.7 ko

Jean Messagier est né le 13 juillet 1920 à Paris. Il fait ses études primaires à Valentigney et ses études secondaires à Montbéliard. En 1942 il entre à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris. En même temps il suit les cours de poésie de Paul Valéry au Collège de France. En 1944 il épouse Marcelle Baumann céramiste. Il partagera son temps entre son appartement dans le cinquième à Paris et le Moulin de Lougres dans le Doubs où il vient souvent travailler.

Il est sociétaire du salon d’automne, section gravure en 1948 et en 1959, il devient membre du comité du salon de mai. Il représente la France à la 31ème biennale de Venise puis à Sao Paulo. Une rétrospective de son œuvre peinte est présentée à la galerie Bernheim à Paris en 1962 et une rétrospective de son œuvre gravée est présentée à la galerie Claude-Bernard à Paris en 1966. Il participe à la réalisation d’une fresque collective à Cuba en 1967. Il organise de grandes fêtes, il convie tous ses amis et toute la population locale à l’inauguration de son moulin de Lougres sur les bords du Doubs près de Colombier-Fontaine, l’architecte étant Jean-Louis Veret, élève de Le Corbusier. Dans les années 70, il monte avec des pêcheurs un comité de défense du Doubs et peint « Betty Boop sur les genoux du Doubs », il participe aux manifestations contre le grand canal. Il réalise des chars « Le monstre de béton », « Le Doubs ne doit pas mourir », « OVNI pour un carnaval » pour le carnaval de Montbéliard en 1974. En 1975, il organise un grand événement à la saline royale d’Arc-et-Senans pour le dernier quart de siècle. C’est la reconnaissance en 1981 avec la grande rétrospective dans les galeries nationales du Grand Palais. En 1987, le grand cortège de Messagier, installations et fête de rues, sillonne la Franche-Comté et dix musées répartis dans toute la Franche-Comté exposent ses oeuvres. Son œuvre est monumentale : peintures à l’huile puis acrylique, dessins, sculptures en plâtre et en bronze, gravure à la pointe sèche… la manufacture des Gobelins à Paris lui commande même des tapisseries. Il expose dans le monde entier : au Japon, au Danemark, en Israël... mais il reste très attaché à la Franche-Comté. Une salle Jean Messagier a été aménagée au château de Montbéliard en 1971.

Il est nommé chevalier de l’ordre national des arts et lettres, chevalier de la légion d’honneur, puis officier de l’ordre national des arts et lettres et enfin commandeur dans l’office national du mérite.

Après une vie totalement consacrée à l’art, il meurt le 10 septembre 1999 à Montbéliard. Il est inhumé au cimetière de Valentigney sous l’épitaphe qu’il avait choisie : « Ci-gît Jean Messagier, Docteur ès Printemps »

Ses principales oeuvres :
Nature morte (1944-45), collection privée
Les Arroseurs (1947), collection privée
Femmes aux Nasses (1947), collection privée, Paris
Promeneurs (1947), collection privée
Jeunes Filles à la Cascade (1949), collection privée
La Rivière (1951), Dijon, Musée des beaux-arts
Haute promenade (1954), Dijon, Musée des beaux-arts
Plaine battante (1956), Grenoble, Musée de Grenoble
Novembre cerné (1959), Vitry-sur-Seine, Musée d’art contemporain du Val-de-Marne
Antichambre pour une plage (1960), Dijon, Musée des beaux-arts
Mai à palier (1962), Vitry-sur-Seine, Musée d’art contemporain du Val-de-Marne
Sous les statues d’Italie (1963), Dijon, Musée des beaux-arts
Théâtre des marionnettes (1963), Dijon, Musée des beaux-arts
Paul Valéry (1965), Dijon, Musée des beaux-arts
Louis XIV, (1966), Dijon, Musée des beaux-arts
Aube à bijoux (1967), Dijon, Musée des beaux-arts
Printemps du monde (1967), Dijon, Musée des beaux-arts
Monstres d’été (1967), collection privée
Mesdemoiselles Printemps (1968), Marseille, Musée Cantini
Le Sexe des vallées (1970), Dijon, Musée des beaux-arts
Portrait de Kathleen et Pierre Granville (1973), Dijon, Musée des beaux-arts
Projet pour onze penalties de gala (1975), Marseille, Musée Cantini
Picasso aurait dû pêcher à Antibes avec les Marsupilamis et Betty Boop (1982), Antibes, Musée Picasso
Waterloo à Java (1983), collection privée
Le grand équipage du Val-de-Marne (1986), Vitry-sur-Seine, Musée d’art contemporain du Val-de-Marne
Les grands grillons (1990), collection privée
Enchevêtrements dirigés (1993), Musée d’art contemporain du Val-de-Marne

Localisation

Répondre à cet article